Le Pont Chaban-Delmas constitue le cinquième franchissement routier de la ville de Bordeaux, reliant le quai de Bacalan au quai de Brazza, au nord de La Bastide, (ce qui explique son nom initial : le pont Bacalan-Bastide. Mis en service en mars 2013 après plus de trois ans de travaux, il s’impose comme un véritable ouvrage d’art, une prouesse architecturale et technique contemporaine grâce à sa surprenante travée centrale levante, et ses lignes massives et néanmoins fluides.

Le Pont Chaban-Delmas, est baptisé ainsi en hommage à celui qui fut maire de Bordeaux durant 48 ans (de 1947 à 1995), Compagnon de la Libération, Premier Ministre et Président de l’Assemblée Nationale. Ce franchissement présente d’étonnantes dimensions, bien qu’il s’insère harmonieusement dans le paysage urbain. Ses 425 mètres de long, ses 43 mètres de large et ses quatre tours de 81 mètres le consacrent comme le plus haut pont levant d’Europe. Le cabinet SARL Architecture et Ouvrages d’Art composé de Christophe Cheron, Charles Lavigne (architecte du pont de Normandie et décédé en juin 2005), et de son fils Thomas Lavigne sont à l’origine de cette réussite architecturale.

Comme attendu dans le cahier des charges, le pont offre une circulation partagée et sécurisée pour tous les modes de transports, accueillant deux voies pour les transports en commun, deux pistes pour les modes doux (piétons et vélos) et deux voies dédiées aux automobiles. Sa travée centrale, en caisson métallique profilé de 2 600 tonnes, s’élève avec légèreté à 53 mètres au-dessus du niveau le plus haut de la Garonne, pour assurer le passage des navires de croisière et autres grands voiliers souhaitant accéder au Port de la Lune. Durant la manœuvre et le passage des bateaux, la circulation est alors interrompue et déviée, et le poste de commande situé sur la rive droite assure la coordination de tous les mouvements et la gestion du trafic.

Une fabrication européenne

Les trois entreprises Grands travaux de Marseille (GTM), Dodin Campenon-Bernard et Cimolai (entreprise vénitienne) ont collaboré pour la réalisation de l’infrastructure. Les massifs de béton aux bases du pont ont été fabriqués sur les quais de Bassens tandis que l’ossature du tablier a été réalisée par l’entreprise italienne Cimolaï dans ses ateliers de la région de Venise. C’est par voie maritime que l’acheminement des travées, dont une mesurant plus de 117 mètres de long, a été effectué, suivant un long parcours de 5.500 km, pendant une vingtaine de jours, passant par la Mer Adriatique, la Méditerranée, le Détroit de Gibraltar, l’Océan Atlantique et finissant sa route dans l’estuaire de la Gironde.

L’art de la mise en lumière

Le pont Chaban-Delmas bénéficie d’une mise en lumière singulière qui transforme l’infrastructure en une véritable œuvre d’art. Le plasticien Yann Kersalé (concepteur de la mise en lumière de l’Opéra de Lyon et du Cours Victor Hugo à Bordeaux) a été dépêché par l’UNESCO pour réaliser l’éclairage de pont : des milliers de lampes LED viennent souligner les lignes fluides et fines du tablier, tandis qu’un jeu de couleurs sur les pylônes nous avisent des mouvements marins : la teinte bleu outre-mer annonce la marée haute, alors que le vert Véronèse signale la marée basse.

Le Pont Chaban-Delmas a permis la fluidification du trafic au Nord de Bordeaux, soulageant le fragile Pont de pierre, et permis l’ouverture des quartiers Bassins à Flots et Bastide. Avec ses grandes plateformes, il dispose de beaux espaces de contemplation pour admirer la Garonne, les quais et la Cité du Vin tout à côté. La levée du pont offre un spectacle toujours impressionnant pour les visiteurs et les Bordelais, et ce, des dizaines d’occasions chaque année pour laisser les paquebots internationaux comme les vieux gréements, telle que l’Hermione ou le Belem, faire escale dans le Port de la Lune…

Crédit photos : Asgeir Pedersen Spots France
Sources : 33Bordeaux, Construiracier, Wikipedia