L’Abbaye de la Sauve-Majeure est inscrite au Patrimoine mondial de l’Unesco, au titre des chemins de Saint-Jacques de Compostelle.

Placée au milieu de la dense forêt de l’Entre-Deux-Mers, juste au Sud-Est de Bordeaux ; les restes de Notre Dame Sauve-Majeure capturent l’esprit du lieu, autrefois important arrêt des pèlerins sur la route de Saint-Jacques de Compostelle, plus au sud. Fondée en 1079 par un abbé bénédictin les fonctions monastiques de l’abbaye et son emplacement idéal sur le parcours l’ont placé en tête d’environ 70 lieux de prières tout au long du chemin entre l’Angleterre et Aragon en Espagne. L’endroit prend son nom du latin « silva major » soit « grande foret ».

Une vue d'en face de la nef
Une vue d’en face de la nef

L’Entre-Deux-Mers, correspond au terrain entre les rivières de la Garonne et de la Dordogne. Dans cette partie, les deux rivières sont influencées par le flux et le reflux des courants marins de l’Atlantique. Ici, aussi bien que dans les autres régions de France, y compris à proximité de Saint Émilion, les vignes plantées par les Romains il y à 2000 ans étaient principalement cultivées par les moines au Moyen-Âge. Dans le cas de l’Abbaye de La Sauve-Majeure, un large lot de terrain a été donné par le duc William VIII d’Aquitaine. L’épaisse foret a été dégagée pour faire place aux vignes, le vin est produit dans un but religieux ou vendu dans le cadre de leur « gagne-pain ». Au fil du temps, il est devenu une marchandise importante sur les chemins de pèlerinage ou des routes commerciales.

Chapiteau taillé
Chapiteau taillé

La Sauve-Majeure Patrimoine mondial de l’UNESCO

La Sauve-Majeure, comme le reste des monuments français à été témoin de temps difficiles pendant la Guerre de Cent Ans avec l’Angleterre (de 1337 à 1453). Le prieuré fut réhabilité au 17e siècle avant la Révolution française, un siècle passera et mettra un terme à sa vie de bâtiment religieux. Les bâtiments ont par la suite été utilisés comme une carrière de pierres, le laissant dans un état de ruine. La Sauve-Majeure fut inscrite dans la liste de Patrimoine mondial de l’UNESCO comme plusieurs autres sites sur la route de Saint Jacques de Compostel, en France.

Construit entre les XIe et XIIe siècles, les restes de La Sauve-Majeaure sont considérés comme des chefs-d’oeuvre d’art Roman. Particulièrement remarquable par leurs nombreux chapiteaux décoratifs

Abbaye de La Sauve-Majeure
Abbaye de La Sauve-Majeure

Le vin de l’Entre-Deux-Mers

Maison des vins d’Entre2mers

Une visite à la région de Bordeaux ne serait pas complète sans avoir goûté certains de ses vins. L’Entre-Deux-Mers se classe parmi les domaines produisant du vin les plus célèbres de Bordeaux, et, c’est le plus grand, avec environ 250 producteurs. Si on étiquette les vins blancs produits ici sous l’appellation « Entre-Deux-Mers », les rouges sont, quant à eux, vendus comme « Bordeaux » ou « Bordeaux Supérieur » (l’AOC). En vins blancs, l’Entre-Deux-Mers fait surtout du Sauvignon Blanc et, avec ses variétés de raisin Semillion, produit des vins délicieusement frais, fruités et élégants.

La « Maison des Vins d’Entre2Mers » est placée directement à l’entrée de des bâtiments de l’Abbaye de La Sauve-Majeure : un arrêt parfait à faire avant ou après une promenade parmi les ruines évocatrices du vieux prieuré.